La crampe

LA CRAMPE DU SCOTTISH TERRIER

DESCRIPTION :

Terme associé : Désordre de la Sérotonine

Cette maladie est caractérisée par une anomalie dans les circuits nerveux qui contrôlent la contraction musculaire. Elle est due à un manque de sérotonine qui, parmi d’autres fonctions dans le corps, fait office de neurotransmetteur. Les niveaux de sérotonine au repos apparaissent normaux mais ils sont trop faibles lors des périodes d’exercice ou d’excitation. Les chiens atteints connaissent alors des moments de spasmes et alternent hyperflexion et extension des pattes, puis retrouvent un état normal au repos.

TRANSMISSION :

Le mode de transmission héréditaire est autosomique récessif.

     SIGNIFICATION POUR VOUS ET VOTRE CHIEN :

Ce dysfonctionnement se manifeste chez les chiens atteints entre 2 et 18 mois. Les chiens sont normaux au repos et dans pratiquement toutes les conditions d’exercice léger ou modéré. Cependant l’excitation, ou un exercice continu et intense font apparaître les signes, qui vont d’un dos arqué, à une démarche  » pas de l’oie « , à l’immobilisation, en raison d’une hypertonicité musculaire paroxystique avec alternance d’extension (hyper extension) et fléchissement (hyper flexion) des pattes.

Les signes disparaissent progressivement à partir de la cessation des stimuli, et le chien retrouve son état normal. Les chiens atteints gardent une conscience normale pendant les crises et ne semblent pas souffrir. Les crises peuvent s’intensifier en cas de modifications de l’environnement ou en cas de maladie.

      DIAGNOSTIC :

Votre description exacte des signes et des crises aidera le vétérinaire à établir son diagnostic. S’il suspecte cette maladie, il existe un test spécifique, il s’agit d’administrer un produit qui va produire une crise de crampe, et ce chez les chiens affectés uniquement. Aucune anomalie n’est constatée aux tests de routine.

A l’attention des vétérinaires: le diagnostic peut s’appuyer sur les signes cliniques ou avec sur le test employant le methysergide (un anti-sérotonine) qui initie les crampes chez les chiens atteints à un stade moyen. Administrer de 0.3 à 0.6 mg/kg afin d’accentuer les signes cliniques, en condition d’exercice, au bout de 2 heures. L’effet dure 8 heures. Les effets secondaires sont nausée, vomissements et diarrhée.

     TRAITEMENT :

Plusieurs facteurs entrent en jeu dans la gravité et la fréquence crises hyper kinetiques. Il peut s’agir de l’environnement du chien, de son état de santé général, de particularités génétiques, et de facteurs susceptibles de modifier son comportement. Si votre vétérinaire peut identifier les circonstances ou comportements susceptibles de favoriser la crampe du Scottish chez votre chien, vous pourrez travailler à éviter certaines situations et stimuli, ou à rétablir un conditionnement comportemental visant à diminuer les causes de stress.

Les modifications du comportement et de l’environnement sont souvent suffisantes à réduire ou éliminer les crises de crampe du Scottish. Si cela s’avère nécessaire, le diazepam est efficace pour les cas sévères, et il peut aussi être utilisé en prévention dans les situations favorisant les crises chez votre chien. La vitamine E aidera également à diminuer la fréquence des crises.

      POUR LE VETERINAIRE :

Eviter les mollécules suivantes, susceptibles d’exacerber et d’aggraver les épisodes hyperkinetiques : antiprostaglandines (par ex. aspirine), indomethacine, phenylbutazone, banamine, et pénicilline.